Vers une nouvelle catégorie d’Architectes?

Vers une nouvelle catégorie d’Architectes?

La proposition du CNOA (conseil national de l’ordre des architectes) d ‘ouvrir le tableau de l’Ordre aux ADE (architecte diplômé d’état), Diplômés des écoles d’architecture sans HMO (habilitation à la maitrise d’oeuvre), devrait leur permettre de porter le titre d ‘Architecte sans pour autant avoir le droit de signer un permis de construire, donc sans être pleinement maitre d’œuvre. Qu ‘est qu un « Architecte» qui ne serait pas maitre d ‘œuvre? Au nom des métiers dits de “l’architecture”, faut-il créer une nouvelle catégorie d’architectes?

Cette proposition a suscité de vives réactions dans la profession, et de nettes oppositions de l’UNSFA (L’Union des Architectes) comme du syndicat de l’Architecture.

DpA se devait de rappeler sa position affichée de longue date sur cette question fondamentale pour la profession comme pour l’enseignement de l’architecture.

Présentation de travail personnel de fin d’étude

L’expérimentation soutenue par le CNOA, lancée par le CROA Nouvelle Aquitaine (conseil régional de l’ordre des architectes) consistant à “ouvrir le tableau des architectes” aux ADE (sans HMONP) peut a priori poser plusieurs questions:

  • Est-il besoin pour un architecte d’être inscrit à l’ordre pour exercer des missions qui ne relèvent pas du champ réglementé de notre profession ?
  • Cela n’ajouterait-il pas de la confusion dans la tête du public quand à nos missions avec toutes les conséquences qu’on peut imaginer sur les signatures de complaisance?

C’est sans doute la raison pour laquelle il ne s’agit que d’une expérimentation, gageons qu’elle pourra répondre à ces interrogations.
Cela révèle une question que la profession met sous le tapis depuis presque 15 ans, à savoir: qui sont ces ADE qui sortent de l’école d’architecture sans avoir la possibilité de construire?
Ces jeunes qui se sont inscrits en école d’architecture, n’ont -ils légitimement pas le droit de se sentir pleinement architecte?
Or, en tant que profession réglementée, il n’est pas possible de porter le titre d’architecte si l’on n’est pas inscrit à l’Ordre et par extension on ne peut pas porter le titre d’architecte si l’on n’a pas le droit de signer
un permis de construire en son nom propre.

Permettre aux diplômés sans HMONP de s’inscrire à l’Ordre peut sembler généreux mais cela ne constitue-t-il pas une mesure en trompe l’œil qui ferait éclater au grand jour une contradiction?

Qui peut comprendre qu’un architecte diplômé sans HMONP inscrit à l’ordre n’a pas le droit de construire?

D’ailleurs, la plupart des jeunes diplômés ADE ne s’y trompent pas et souhaitent s’inscrire en formation HMONP directement après le PFE (projet de fin d’étude) car ils veulent pouvoir bénéficier de l’intégralité de la formation d’architecte avant de commencer à travailler.

Mais divers obstacles et barrages font qu’une partie importante des étudiants restent bloqués au stade du master – plusieurs milliers, près de 18000 aujourd’hui?! – constituant un volant d’entrainement de la dégradation des conditions de rémunération dans les agences, de la valeur des études et des honoraires, … une sorte “d’uberisation de l’architecture”


Finalement, ce que sous-tend la question de l’ouverture du tableau, c ‘est la question de ce diplôme à deux vitesses qui a été institué par la réforme LMD et la mise en place de la HMONP.
C’est pourquoi, plutôt que de réfléchir à une «ouverture du tableau» certainement vectrice de confusion dans l’esprit de tous, pourquoi ne pas demander l’intégration de la formation HMONP au cursus
d’architecte?
Depuis plusieurs années, DpA revendique que le seul et unique diplôme d’architecte soit celui qui permet de s’inscrire à l’ordre et de signer un permis de construire.

C’est le diplôme complet qui doit être délivré par les écoles en intégrant la HMO dans le cursus scolaire, en permettant à tous les étudiants, s’ils le souhaitent, d’accéder sans obstacle, à ce seul et unique diplôme d’architecte permettant de pratiquer tous les modes d’exercice, ce qui était le plus souvent leur aspiration à l’entrée des études d’architecture.

Emilie Bartolo, Présidente de DpA
Les commentaires sont fermés.
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
RSS